Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
BFy4ez
Recopier le code :
259 Abonnés
A lire
 ↑  
Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

  Le Frelon Asiatique VESPA VELUTINA envahit le Gard  … réalités et perspectives  …

 

Communiqué par le GDSA du GARD ( G.Dumas )

 

 

 

La présence de Vespa Velutina est maintenant avérée ; plusieurs foyers ont été localisés :

ST LAURENT LE MINIER – ST JEAN DU GARD – LA SALLE dans le Sud Est du département, mais aussi à MONS près d’ALES !

Plusieurs dizaines de captures à ST LAURENT et MONS cet automne : la présence de nids à proximité est donc très probable.

Sans vouloir être alarmiste, nous pouvons penser que ces repérages ne sont que « la partie émergée de l’iceberg », que bien d’autres zones sont occupées.

 

 

Le Frelon Asiatique ne fera pas que passer : il va s’installer durablement, proliférer probablement dans certains secteurs du département.

Les ruchers sont et seront touchés, peut-être à des niveaux d’intensité différents suivant les périodes, les secteurs et les implantations ;

dans tous les cas il est prudent de s’y préparer … le pire serait d’attendre d’avoir les frelons devant les ruches pour se préoccuper du problème.

Le début de l’invasion est à la fois une chance ( mais pas pour longtemps ) car nos actions peuvent être proportionnellement plus efficaces,

et aussi notre faiblesse par une mobilisation limitée, le manque d’observations et d’expérience.

 

 

Alors que faire ?

Avant tout, bien savoir que nous ne savons pas grand-chose, et donc rester attentif, s’informer et informer, agir en esprit coopératif.

L’objectif commun, sur le front de progression où nous nous trouvons, doit être de ralentir l’expansion de Vespa Velutina en développant les actions suivantes, déjà ébauchées :

 

 

- Informer: il convient maintenant d’élargir le public ( mairies, chasseurs, randonneurs ) et chacun peut prendre des initiatives.

- Repérer les secteurs envahis : les frelons peuvent être vus près des ruchers, autour des mielleries ou sur du matériel apicole entreposé, sur les tas de compost,

ou quelquefois en butinage sur des fleurs … Ils peuvent être pris par « piégeage de repérage » près des mêmes endroits, ou au hasard à proximité des points d’eau

en veillant que les pièges soient bien exposés, à l’abri du vent, à l’ombre l’été et à environ 50 cm du sol ).

Les appâts à essayer sont, bières brunes, opercules fermentés, mélanges panaché-sucre-sirop, vinaigre …

Avec la chute des feuilles, des nids vont être trouvés ( inutile de s’acharner sur eux, ils ont livrés leur lot de jeunes fondatrices et vont mourir ).

- Signaler tout  repérage ou suspicion, frelons et nids, pour expertise par les agents sanitaires et pour localisation : contacter un agent sanitaire à proximité,

ou décrire le repérage ( date, adresse, circonstances, observations, photos éventuelles ) par mail et adresser celui-ci à velutina30@gmail.com ;

cette boite aux lettres électronique centralise les signalements dans le Gard ; d’autres médias sont à l’étude.

- Participer au réseau de construction de pièges sélectifs avant fin 2008 ( voir plan des pièges ci-joint ), en contactant le    
 04 66 24 76 50  ou  
gdsa30@gmail.com .

- Participer aux réseaux de piégeages des fondatrices qui débuteront en Janvier 2009 ( mêmes contacts ) ;

la concertation et l’adéquation avec les repérages améliorera toujours l’efficacité du piégeage.

Le piégeage des fondatrices en sortie d’hivernage, sur les quatre premiers mois de l’année, doit être notre priorité pour 2009.

C’est la seule parade que nous avons et qui peut s’avérer intéressante  si elle est bien articulée ( une fondatrice attrapée c’est un nid en moins sur l’année ) ;

son efficacité dépend :

. du maillage des piégeurs bénévoles que nous pouvons mettre en œuvre.

. de la pertinence des implantations ( en rapport direct avec les localisations ) et de leur quantité.

. du fonctionnement des pièges : modèle à utiliser - attractivité de l’appât.

Chacun de ces points devra nécessairement évoluer au regard de nos expériences de terrain.

- Détruire les nids ; pour être utile la destruction doit intervenir avant le départ des fondatrices ( Août - Septembre ) ;

cette étape sera peut-être d’actualité en 2009, mais l’opération demande du savoir, du savoir faire, de l’équipement, toutes choses que nous ne maîtrisons pas pour l’instant.

- Prévoir des réductions d’entrée de ruches à 5 ou 6 mm et être prêt éventuellement à déplacer son rucher.

 

 

Ci-joint le plan de fabrication du piège sélectif, dit «  piège BLOT », modifié pour en limiter son coût.

Lors de la mise en place des ateliers du réseau de construction «objectif 500 pièges» les manchons PVC et grilles sont fournis.

Nous devons rester vigilants à la sélectivité des prises, surtout en été, où de nombreux insectes peuvent être piégés ;

l’hiver, par contre, il semble qu’une entrée plus grande ( en retirant le bouchon sur les pièges ) donne de meilleurs résultats …

 

 

Lire l’étude du piégeage en Dordogne dans la revue UNAF « Abeilles et fleurs »  n°697  Septembre 2008

 piege_frelon.jpgpiege_frelon.jpg

Procédures et chronos pour la Construction des Pièges

  

1-     Découpe bouteille : en premier l’entonnoir ( traçage préliminaire par rotation ), puis le bas en suivant la soudure ; utiliser un gros cutter et faire attention au rétrécissement éventuel de l’entonnoir en prévision de l’emboîtement ( pour 10, durée 15’ )

 

2-     Découpe boite de conserve à 4 cm de sa base ; utiliser une petite meuleuse avec disque étroit ; faire attention d’avoir la coupe dans le creux pour faciliter l’emboîtement ( pour 10, durée 10’ )

 

3-     Découpe de grille « galva » dans un rouleau pour fond de ruche ou trappe à pollen ; utiliser une petite cisaille à métal ; 100 grilles par m² ( traçage et découpe pour 10, durée 10’ )

 

4-     Découpe fil de fer : 1 fois 50 cm et 2 fois 25 cm, torsion et mise en place ( pour 10, durée 20’ )

 

5-     Toit non chiffré ( couverture quelconque …)

 

6-     Fente dans le bouchon : perçage de 3 trous de Ø7mm et finition au cutter ( pour 10, durée 12’ )

 

7-     Perçages simultanés entonnoir en place et bouteille de Ø3mm pour passage fil de fer

Perçage manchon PVC de Ø3mm ( 1 ou 2 trous en vis-à-vis ) et à 1 cm du bord, pour blocage de la boite de conserve dans le manchon ( pour 10, durée 10’ )

 

8- Trous de « sorties sélectives » : perçage manchon PVC de Ø5,5mm, sur la circonférence tous les      3cm environ, en alternance trou simple - trou oblong, réalisé à la perceuse à colonne avec butée gabarit ( réglée à 4,5 cm du bord supérieur du manchon ) ; utiliser la scie sauteuse avec lame fine à chantourner pour finir les trous oblongs; ébavurage au papier de verre ( pour 10, durée 20’ )

 

9- Pose de la grille par le haut, en appui sur la collerette ( ou les ergots ) et collage tout le tour au pistolet ( joint acrylique ) ( pour 10, durée 15’ )

 

10-Collage PVC de la bouteille dans le manchon, sur 2 à 3 cm, par double collage, 1 fois sur la bouteille puis, après séchage, sur la bouteille à nouveau et sur le manchon ( pour 10, durée 20’ )

  

      Le temps total de réalisation, sans compter le toit tôlé, ramené à un piège est donc d’environ 15’

 

       Il convient de confectionner aussi une tige d’extraction « type rayon de bicyclette » pour sortir aisément la boite à appât, à l’usage, par poussée par le haut.

 

 


Date de création : 24/01/2009 @ 07:05
Dernière modification : 23/02/2009 @ 01:58
Catégorie : A lire - Frelon asiatique
Page lue 14504 fois